Mes engagements de Gestalt-thérapeute

"Vous permettre de découvrir votre chemin..."

 

Le thérapeute gestaltiste est très attentif au processus de la relation individuelle qu'il développe avec son client; il est sans cesse interpellé dans son être.


Il ne lui est pas possible de rester indifférents aux drames humains qui se jouent et se dénouent devant ses yeux (d'ailleurs il ne le voudrait pas).

 

Les 5 postures de la relation thérapeutique optimale auxquels vous pouvez vous attendre de la part de votre gestalt-thérapeute :

 

Il s'agit des 5 axes qui traversent la relation thérapeutique. Ils interagissent entre eux, et chacune des dimensions peut être utilisée durant les séances individuelles en vue d'optimiser les postures du thérapeute et son comportement ainsi que celui de son client.

 

1 - L'intimité, le contact et la connaissance de soi

 

Beaucoup de personnes sont réservées sur le plan humain, notamment les clients qui viennent nous consulter. Ils ont parfois des difficultés à être dans le contact, à y prendre des risques salutaires.


Il ne peut y avoir de relation thérapeutique sans intimité, et entreprendre une telle démarche, c'est se confronter à ses propres peurs de contact, à ses désirs, et à ses non-dits. Le travail consiste à favoriser et à entretenir ce contact dans un échange réciproque et progressif.

 

L'intimité, c'est du contact dans lequel du personnel, du confidentiel, du sentiment, des affects sont exprimés

Elle se mesure à la confiance de la personne à pouvoir se dire et se laisser voir sans en craindre les conséquences (des représailles ou l'abandon dans la relation duelle)

 

Mieux se connaître, c'est se sentir plus fort, inébranlable, mais c'est aussi repérer ses propres limites, ses peurs, ses désirs, sans obligation de les masquer.

 

2 - La focalisation

 

C'est la dimension la plus chaleureuse et la plus précieuse dans la relation humaine, et notamment dans la relation thérapeutique duelle.

 

Il s'agit de la capacité pour le thérapeute d'être absorbé et pleinement attentif à son client.

 

Cela se traduit par la vigileance par rapport à ce qu'il dit ou semble dire, par rapport à ce qu'il est ou semble être.

Dans un monde d'urgences, d'indifférences et de perturbations diverses, cette focalisation est primordiale!

 

Le regard du gestalt-thérapeute permet au client d'exister dans son individualité, sa singularité et son unicité. Celui-ci peut alors se détacher de certaines croyances négatives, se reconnaître et se faire reconnaître par les autres pour ce qu'il est réellement.

 

3 - La prise de risque

 

Prendre un risque, c'est oser. Oser se tromper et oser réussir.

 

Si l'intimité incarne les valeurs féminines et maternelles du thérapeute, la prise de risques et les moyens de la favoriser chez l'autre incarnent les valeurs paternelles de la relation.

 

Il n'y a pas de contact sans nouveauté, sans découverte nécessitant parfois de quitter le nid, de se lancer. Or, il faut de la sécurité et de la stimulation à la nouveauté. C'est le rôle du thérapeute de donner à son client l'envie de se dépasser, de réaliser ses ambitions, de sortir de la culpabilité et de réussir.

 

4 - La centration

 

C'est la capacité à prendre appui sur quelque chose pour mener à bien une action.

 

Lorsque la personne n'est pas centrée, elle se retrouve en état d'apesanteur ou de déséquilibre lors d'une situation difficile ou inattendue.

 

La capacité à se centrer ou se recentrer au coeur des turbulences, de l'incertitude et de l'imprévisibilité de la vie repose sur la bonne estime de soi.

 

La centration du thérapeute est liée à la plus ou moins grande quantité d'affection et de confiance qu'il se porte. En se centrant, il élargit la capacité de voyager dans un terrain inconnu, de naviguer dans une existence par définition imprévisible. Par là-même , il permet à son client de lui ouvrir ce chemin.


5 - L'intégrité

 

C'est la capacité de ressentir ce qui est vrai pour soi et à l'exprimer de façon claire et assimilable par l'autre.

 

Il s'agit de cette honnêteté profonde qui fait dire au thérapeute, à des instants privilégiés, la vérité mais pas nécessairement toute la vérité. Quand on se croit tenu de dire toute la vérité, on parle "d'intégrisme" et la différence est importante!

 

L'intégrité est un apprentissage progressif de la sobriété en matière relationnelle et thérapeutique.

 

C'est le courage de dire les choses, de savoir refuser, de dire non, ce qui n'exclut pas le tact et le choix du bon moment.


 

 

 


"Il existe beaucoup de façons et de moyens de pratiquer la psychothérapie et tous ceux qui aboutissent à la guérison sont bons (...) Je ne rejette aucune de ces méthodes et en ferais usage si quelque occasion favorable s'en présentait."


S.FREUD